Home Blog Moto Saison 2013 MotoGP, Grand Prix du Qatar

Article

retour

MotoGP, Grand Prix du Qatar27.03.2017

article

Morbidelli première

Après une préparation hivernale prometteuse, Franco Morbidelli a confirmé au Qatar qu’il faudrait cette année compter sur lui. Candidat déclaré au titre de champion du monde Moto2, l’Italien a brillamment remporté la première course de la saison.

Les courses

S’il était déjà monté à huit reprises sur le podium, Franco Morbidelli n’avait encore jamais réussi à se hisser sur la première marche. Le pilote Total a mis fin à cette regrettable abstinence de la plus belle des manières en s’offrant la victoire sur le circuit de Losail après y avoir obtenu sa première pole position. Le temps de se débarrasser de Tom Lüthi, l’Italien a filé seul devant pour franchir la ligne d’arrivée avec près de trois secondes d’avance sur son rival suisse. Deuxième sur la grille, Alex Marquez a longtemps figuré en troisième position avant de rétrograder en cinquième position. Jack Miller a de son côté entamé le championnat MotoGP du bon pied. Sur un circuit pourtant peu favorable aux Honda, l’Australien a réussi à prendre l’avantage en fin de course sur Alex Rins pour s’octroyer la huitième place d’une course remportée par Maverick Viñales. Encore convalescent après sa terrible chute aux tests en Malaisie, début février, Tito Rabat a décroché quant à lui le point de la quinzième place. En Moto3, Jakub Kornfeil s’est classé vingtième alors que Patrik Pulkkinen est tombé à quatre tours de l’arrivée.

Le championnat

A l’attaque de cette nouvelle saison, le Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS peut se féliciter d’avoir placé ses quatre pilotes dans les points. En MotoGP, Miller et Rabat repartent du Qatar aux huitième et quinzième places du classement général alors qu’en Moto2, Morbidelli et Marquez s’installent aux première et cinquième positions du classement provisoire.

L’histoire

L’an dernier, les carénages des MotoGP avaient vu fleurir tout un arsenal d’appendices aérodynamiques transformant les machines de Grands Prix en avions de chasse. Jugeant la plupart de ces ailerons dangereux, et soucieuse de juguler l’inflation au niveau des coûts de développement, la direction de course a décidé de les interdire. Cette année, les équipes ne peuvent donc plus développer à leur guise les carénages de leurs motos. Un premier modèle doit être homologué lors du premier Grand Prix, et une seule évolution est ensuite autorisée en cours de saison. Celle-ci doit bien évidemment recevoir l’aval du directeur technique du MotoGP. Tout cela n’empêche cependant pas les ingénieurs des services course de phosphorer. Ainsi a-t-on vu fleurir cet hiver de nouvelles idées, avec des ailerons glissés dans les double-flancs, des nez de carénage équipés de tuyères ou encore d’extracteurs.

Le MotoGP, c’est le sommet de la compétition moto, ce championnat doit demeurer un champ d’expérience pour les marques et leurs ingénieurs.

Michael Bartholemy,
Patron du team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS

27.03.2017